Organisation de la DSI au sein des écoles d’enseignement supérieur

« L’enseignement, qui est normalement l’un des plus gros employeurs dans chaque pays, est l’une des seules industries qui n’ait pas subi de révolution technologique.« 

Cette célèbre citation de Robert McNamara, ancien homme politique aux Etats-Unis, semble aujourd’hui dénuée de sens au regard de la transformation numérique au sein des écoles de l’enseignement supérieur.

En effet, la transformation numérique tient une place toujours plus importante et stratégique au sein des divers écoles d’enseignement supérieur. En effet, ces écoles sont en pleines mutations (multiplicité des campus sur le territoire national et international, nouveaux besoins des apprenants et des équipes pédagogiques, recherche d’efficience du staff etc.) et témoignent d’un besoin d’avantage compétitif fort dans un contexte où l’image de l’école est de plus en plus importante et stratégique. Les ressources dédiées à cette transformation sont de plus en plus importantes, aussi bien en termes de budget alloué que de ressources humaines.

La Direction des Systèmes d’Information joue un rôle central dans cette transformation numérique. Cette DSI est décomposée le plus souvent en deux équipes principales :

  • Une équipe Run (exploitation, support, infrastructure)
  • Une équipe Build (chargée de la conception et de la maintenance évolutive, avec éventuellement une équipe Build Projet supplémentaire)

Néanmoins, bien souvent la DSI n’est plus l’unique acteur de la transformation numérique au sein des écoles d’enseignement supérieur puisqu’on lui associe une direction dite de la transformation numérique. La principale fonction de cette nouvelle direction est d’acculturer le personnel de l’école à la transformation numérique notamment sur le volet innovation pédagogique. Par exemple, la mise en place d’un nouvel LMS (Learning Management System) au sein de l’école, des projets de services aux étudiants (chatbot), ou encore des propositions d’innovations pour le corps professoral.

Organisation de la transformation numérique au sein des grandes écoles

Au-delà de ce volet Pédagogie, ces nouvelles directions proposent parfois un périmètre plus large, et intégrant dans certaines écoles des prérogatives anciennement réservées à la DSI, et notamment la maîtrise d’ouvrage des projets applicatifs.

Aujourd’hui, la tendance tend à démontrer une externalisation limitée des équipes. En cas d’externalisation, il s’agit essentiellement des fonctions de développeurs, support voire d’infrastructure. En revanche, ce mouvement ne touche pas le poste de la direction de la DSI. De la même manière, les équipes projets liées à la DSI (en interne sous le rôle de « Equipe Build / Projet »), sont toujours internalisés.

Dès lors, au regard de l’évolution de la DSI, l’externalisation apparaît comme de plus en plus importante des fonctions de développeurs, support et infrastructure. Les contours du périmètre applicatif entre la DSI et la Direction de la transformation numérique tendent à se lisser pour entrevoir une cohabitation voire collaboration entre ces deux entités.  

Concernant les services supports destinés aux apprenants et professeurs, la DSI est peu impliquée directement en cédant la place à la démarche en co-construction avec le service liée à l’innovation pédagogique.

Cependant, il existe une tendance à vouloir implémenter, pour certaines écoles, des supports d’accessibilité aux apprenants rendant alors l’accessibilité aux diverses fonctions de l’école plus abordable, pertinent voire même engageant. A titre d’illustration on peut citer de multiples projets de chatbot rendant le dialogue plus facile et accessible à l’étudiant ; ou encore la mise en place de groupe de travail avec les apprenants, qui deviennent alors acteurs des services qui leur seront proposés.

Ethan Bendenoun, Consultant