Une gestion dynamique du patrimoine des collectivités, une stratégie payante

Depuis plusieurs années, le patrimoine des collectivités n’a cessé de se développer et de se diversifier au rythme de l’élargissement des domaines d’intervention, des biens transférés par l’Etat, des nouveaux investissements et notamment les besoins directement en lien avec les citoyens. (routes, ports, aéroports, etc.)

Cette situation a amené les collectivités à détenir un patrimoine pléthorique, dispersé, hétéroclite et souvent mal connu. Plusieurs rapports et études consacrés aux collectivités ont traité des écueils de la gestion patrimoniale. D’une part, ils soulignent globalement les impératifs d’une gestion plus performante de l’immobilier, ainsi que la méconnaissance de certaines collectivités de leurs ensembles bâtis et non bâtis. D’autre part, ils insistent sur la nécessité du développement des outils de gestion technique du patrimoine et d’indicateurs apportant une vraie gestion prévisionnelle et opérationnelle.

Ces difficultés rencontrées par les collectivités dans leur gestion patrimoniale s’expliquent notamment par le fait que le patrimoine se traduit par une gestion complexe, en raison de :

  • Multiplicité des objectifs ;
  • Complexité des choix ;
  • Dimension structurante du patrimoine.

Force est de reconnaître qu’en matière de gestion patrimoniale, les collectivités font face à un domaine de compétence vaste, multicritère et transdisciplinaire qui ne fait que leur compliquer la tâche. Or, elles sont dans l’absolue nécessité de moderniser les méthodes et outils de gestion du patrimoine public pour optimiser des moyens financiers qui lui sont dédiés.

Comment s’y prendre ? La gestion dynamique du patrimoine permet d’apporter des éléments de réponse.

Gestion dynamique du patrimoine, enjeux et objectifs 

En somme, une gestion dynamique impose de définir, préalablement, les objectifs assignés au patrimoine immobilier. Ces derniers sont multiples et évoluent au cours du temps en fonction des besoins de la collectivité et de ses administrés.

Cette gestion se construit autour de 3 piliers :

  • Une stratégie immobilière ;
  • Un patrimoine considéré comme un support de services publics de qualité ;
  • Une gestion de la propriété unique et centralisée.

…et se traduit par :

  • Un passage du fil de l’eau à une vraie stratégie immobilière
  • Une recherche constante de renforcement des procédures de valorisation
  • Une mise en avant des dépenses d’investissements/réhabilitation sur le parc existant plutôt que la création d’équipements neufs
  • Un encadrement des cessions d’un bien à un prix inférieur à sa valeur vénale
  • Une optimisation des charges de fonctionnement liées au patrimoine
  • Un système d’information patrimonial transversal

Retour d’expérience à venir, restez en contact !

Wadii MOUSTATIR, Fondateur & Consultant